Corrosion atmosphérique

La corrosion atmosphérique est de la corrosion générée par l'atmosphère et ses conditions, à des températures naturelles.



Catégories :

Corrosion - Réaction chimique - Chimie générale

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La corrosion atmosphérique est de la corrosion générée par l'atmosphère et ses... Corrosion du papier. La conservation du papier est un problème important... (source : 007hay.voila)
  • ... La corrosion atmosphérique est le type de corrosion le plus commun... acier (20x50x1 mm) enveloppées dans du papier paraffiné et positionnées... (source : icom-cc)

La corrosion atmosphérique est de la corrosion générée par l'atmosphère et ses conditions, à des températures naturelles (à ne pas confondre avec la corrosion par l'atmosphère à haute température).

Une des spécificités de cette action est le changement des conditions : selon la météorologie, les saisons... l'objet est soumis à diverses températures, taux d'humidité... Les essais en laboratoire s'attachent par conséquent généralement à reproduire ces changements climatiques avec des cycles (alternance chaud-froid, humide-sec... ), dans des chambres climatiques.

Un des paramètres essentiels est le taux de salinité. Le sel peut provenir de la mer, surtout en milieu littoral, ou bien du salage des routes en hiver. Pour tester cette résistance, on effectue des tests dits de brouillard salin.

La pollution peut aussi jouer un rôle important ; surtout, les rejets de dioxyde de soufre génèrent des pluies acides, qui peuvent attaquer les objets.

Corrosion des métaux

La corrosion atmosphérique des métaux est comparable à la corrosion aqueuse. Elle résulte de l'action du dioxygène de l'air, et peut-être de l'eau (condensation de l'humidité, pluie, projections), jointe à d'autres agents corrosifs tels que les vapeurs ammoniacales dans le cas de la crique saisonnière.

Corrosion des polymères et de la peinture

La peinture est un revêtement polymère chargé entre autres d'isoler l'objet de l'atmosphère. Ce revêtement est lui-même soumis à une dégradation, qui altère ses qualités esthétiques et protectrices. Généralement, les polymères (plastiques) se dégradent sous l'effet de l'environnement. Selon les cas, on tente d'augmenter la résistance à cette dégradation (protection des objets), ou on tente au contraire de l'accélérer pour des raisons environnementales (cas des sacs plastiques de supermarchés).

Les trois principaux facteurs de dégradation sont :

Les photons ultraviolets, du fait de leur énergie, peuvent amorcer des réactions chimiques se traduisant par la rupture de liaisons dans la chaîne polymérique.

Corrosion de la pierre et des bétons

Le principal facteur de la corrosion de la pierre, des bétons, et des matériaux poreux généralement, est le sel. Quand il pleut, l'eau pénètre dans les pores, introduisant le sel dissout. Lors du séchage, le sel cristallise et provoque un éclatement, comparable à l'effet du gel.

Corrosion du papier

La conservation du papier est un problème important dans l'archivage et l'histoire (conservation du patrimoine historique). Les facteurs principaux intervenant dans cette dégradation sont l'humidité et l'attaque des acides contenus dans le papier : ainsi si l'atmosphère est trop humide des moisissures peuvent se développer, de même avec l'action du temps les acides résiduels du procédé de fabrication du papier, et surtout du "collage" de ce dernier qui était réalisé en milieu acide (sulfate d'alumine) le d'une façon plus générale jusqu'au début des années 80, dégradent les fibres de cellulose. Les papiers récents produits avec des process de collage en milieu "neutre" et au moyen de cellulose pures ont des permanences perfectionnées.

L'action des micro-organismes (biodétérioration  : moisissures, bactéries) est essentiel, et la conservation sur le long terme nécessite des mesures de désinfection et de désacidification.

La qualité de l'encre intervient aussi : certaines encres contiennent des ions métalliques, comme par exemple les encres ferrogalliques. Ces ions provoquent des réactions chimiques conduisant à la rupture des chaînes cellulosique, et par conséquent à la destruction du papier autour du tracé.

Voir aussi

Thèse de doctorat sur la corrosion atmosphérique des bronzes (par Moulay Tahar Sougrati)  : http ://orbi. ulg. ac. be/handle/2268/2753

Liens externes

Dégradation du papier

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : corrosion - papier - conservation - dégradation - atmosphère - action - objet - humidité - sel - acides - encre - atmosphérique - températures - généralement - milieu - polymères - peinture - facteurs - recherche - documents -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Corrosion_atmosph%C3%A9rique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu